Translate

Pourquoi ce Blog ?

Si tu as la volonté d'y arriver, alors tu y arrivera.
Réapprendre à parler en groupe, à respirer et à reprendre confiance en soi.

Nombre total de pages vues

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Assistante maternelle Animatrice, Guitariste, Médium, Magicienne et Ventriloque, j'ai fais beaucoup d'animation en village de vacance (dans les club enfants de 3 mois à 12 ans). J'ai pas mal voyager. Je vis dans un village tranquille depuis 2005.

Mon enfant bégaye

On estime généralement que 20% des enfants bégayent à un moment ou à un autre de leur enfance. Dans la plupart des cas, le bégaiement disparaît en grandissant et ils finissent par parler normalement.
Toutefois, le bégaiement devient chronique chez 1% des jeunes enfants et vous devez demander conseil à un orthophoniste si votre enfant présente des ...troubles de la parole pendant un mois ou plus. Plus vous attendez, plus le bégaiement sera difficile à éliminer.
Afin de ne pas préoccuper l’enfant, il est préférable de ne pas l’emmener lors de la première consultation. L'orthophoniste souhaitera probablement faire connaissance avec l'enfant lors d’une seconde visite et faire le point de ses troubles d'élocution. Cela devra se faire de façon informelle afin de ne pas inquiéter l'enfant.
La thérapie elle-même n'est généralement pas conduite directement par l'orthophoniste mais plutôt par les parents. En changeant légèrement leur façon de parler et de se comporter avec l'enfant, les parents peuvent augmenter la confiance de l'enfant dans son aptitude à parler normalement. L'orthophoniste discutera avec les parents et leur expliquera comment procéder.
Ce n'est pas de votre faute si votre enfant bégaye. Mais vous pouvez néanmoins l'aider énormément à diminuer ou éliminer le bégaiement en changeant légèrement votre façon de parler et de communiquer avec lui et en améliorant sa confiance en lui-même: 
La conspiration du silence doit être évitée. Lorsqu’un enfant bégaye, les parents et la famille sont souvent si embarrassés qu'ils font semblant de ne pas remarquer le bégaiement. L'enfant a l'impression qu'on l'abandonne avec son bégaiement et ceci ne peut qu'empirer les choses. En conséquence, vous devriez essayer d’établir le dialogue avec l'enfant. Assurez-vous que vous ne montrez pas votre inquiétude. Vous devez mentionner son bégaiement de façon simple et décontractée pour éviter qu'il se culpabilise.
Quand vous parlez avec l'enfant, évitez d'utiliser des mots tels que «bégaiement» ou «orthophoniste». Un enfant ne comprend pas le sens de ces mots et cela risque fort de l’inquiéter. Efforcez vous d’utiliser des mots qui font partie de son vocabulaire.
Ne lui dites pas de "parler lentement", de "se calmer", de "respirer à fond". Ces conseils sont totalement inutiles et risque de lui faire perdre confiance dans son aptitude à bien parler et cela renforcera son bégaiement. Vous devez, au contraire, lui parler doucement et sans vous presser.
Un enfant ayant tendance à imiter ses parents, cela l'amènera naturellement à parler plus lentement. Utilisez des phrases courtes qu'un enfant peut comprendre facilement.
Si votre enfant vous pose une question, attendez quelques secondes avant de répondre. Encore une fois, l'enfant vous imitera et prendra lui aussi son temps pour parler.
Lorsque l'enfant vous parle, regardez-le et accordez lui toute votre attention. Le bégaiement augmente quand l'enfant a l'impression que son interlocuteur ne l'écoute pas. Montrez par l'expression de votre visage que vous l'écoutez et que vous comprenez ce qu'il vous dit.
Gardez un contact visuel avec l'enfant même quand il bégaye.
Soyez patient avec votre enfant. Ne montrez pas que vous êtes perturbé par son bégaiement. Montrez-lui que vous l'acceptez comme il est.
Ne l'interrompez pas quand il parle. Un enfant est plus détendu et a moins tendance à bégayer s'il sait qu'il ne sera pas interrompu. Assurez-vous que tous les membres de la famille parlent chacun à leur tour.
Un enfant n'aime pas être pressé de questions et c'est encore plus vrai avec les enfants qui bégayent. Evitez de poser des questions à l'enfant et laissez-le parler de ce qui lui plaît.
Félicitez votre enfant chaque fois qu'il fait quelque chose de bien. Cela augmentera sa confiance en lui.